Les TMS, une maladie parfois irréversible

Les TMS (troubles musculo–squelettiques) sont de loin les maladies professionnelles reconnues les plus fréquentes. Par ailleurs l’accroissement des contraintes de productivité et l’intensification du travail dans un contexte de vieillissement de la population expliquent en partie l’augmentation des TMS dans la population active au cours des deux dernières décennies.

Les conséquences des TMS sur un individu

Tout d’abord, les TMS sont des maladies qui touchent les articulations, les muscles et les tendons. En clair, ils s’expriment par de la douleur mais aussi par de la raideur, de la maladresse ou une perte de force.

Quelle que soit leur localisation, les TMS peuvent devenir irréversibles et entraîner un handicap durable. Afin que ces maladies ne deviennent pas chroniques, elles doivent être diagnostiquées et prises en charge précocement.

Et les TMS coûtent cher à l’entreprise… En d’autres termes, ils sont une source de désorganisation majeure pouvant entraîner une baisse de performance pour l’entreprise (diminution de la productivité, de la qualité…). Par conséquent, ces TMS auront un impact en matière d’absentéisme et de turnover.

parties du corps touchées par les TMS

Un cas fréquent de TMS en service de chirurgie urologique 

Les efforts excessifs des épaules des soignants

L’exemple le plus significatif est le personnel soignant en service d’urologie. En effet, l’activité croissante de la chirurgie urologique (+ 28 % en 7 ans*) représente plus 400 000 séjours annuels pour environ 500 établissements. Par ailleurs, lors de ces séjours, le patient subit une irrigation vésicale. Le protocole propose d’utiliser des poches de 3L ou 5 L de NAcl avec lesquelles se déroule l’irrigation qui s’effectue par gravité. Partant de ce fait, cela nécessite d’élever ces poches lourdes à une hauteur conséquente (environ 2,10m) et de changer ces poches toutes les 20 minutes ou plus.

Les causes résultant de douloureuses TMS

Commençons par examiner les causes des TMS. Les principaux facteurs de risques biomécaniques sont, en premier lieu, la forte répétitivité des gestes. Ensuite, ce sont les efforts excessifs de l’épaule lors du port de charges lourdes, le travail nécessitant des gestes précis et très fins et enfin, les postures inconfortables ou maintenues durant de longues périodes avec les bras au-dessus du niveau des épaules.

Selon l’INRS, plus de 95% des TMS concernent le membre supérieur, et le TMS de l’épaule est celui qui coûte le plus cher (43k€), générant l’arrêt de travail le plus long (300 jours en moyenne) et progressant le plus (+20% par an).

*Source cours des comptes, sécurité sociale 2017

La solution aux TMS des épaules en urologie

De ce fait, est née une solution sur mesure pour l’activité de chirurgie urologique.

Optionomy a conçu le dispositif Lifti pour faciliter cette tâche.

En clair, ce dispositif permet d’accrocher les poches à une hauteur confortable (environ 1,30m) puis de les élever sans effort.

Mais d’après vous, comment ces poches s’élèvent-elles sans effort particulier ? Le produit dispose d’une pédale hydraulique ou fonctionne sur batterie selon les préférences des soignants.

En bref, ce dispositif, déjà présent dans une cinquantaine d’établissements, fournit une solution matérielle fiable pour éviter les TMS.

A la fin de cet article, vous trouverez une vidéo explicative du pied à perfusion sur batterie.

Les utilisateurs en parlent

Grâce à l’appui d’un groupe de travail sur les TMS
au sein de notre établissement, l’hospitalisation
d’urologie a fait l’acquisition du dispositif Lifti pour
la surveillance des irrigations vésicales. L’équipe
soignante a rapidement constaté la diminution du
port de charge en hauteur et a ressenti une diminution
des tensions dans les bras, les épaules et le dos. Le
dispositif est ajustable en hauteur, maniable, solide,
stable et facile d’entretien. Son plateau permet d’avoir
à disposition le matériel nécessaire pour le soin.

Hospitalisation chirurgie urologique – Institut Mutualiste Montsouris


L’équipe soignante est très satisfaite du pied à perfusion électrique. L’ergonomie qu’il offre est très appréciée et réduit les troubles musculo-squelettiques car les poches d’irrigation pèsent 3kg. L’équipe évoque également la sécurité envers le patient car le pied offre une stabilité contrairement à certains pieds à perfusion qui risquent de tomber à terre ou sur le patient.

SSPI – Hôpital Cochin

• Diminution des TMS Facilité d’entretien • Solidité • Bonne tenue de charge de batterie • Peu de risque de bascule du dispositif même chargé lors des déplacements • Excellente mobilité du dispositif • Supporte 3 poches de 3 litres par crochet, ce qui limite les manipulations répétitives • Grande tablette pratique

Équipe de chirurgie 4 Nord – CH de Meaux


Pour suivre les recommandations du CHSCT nous avons acquis un dispositif Lifti qui présente plusieurs avantages pour notre activité urologique : • Grande capacité : port de 4 poches de 3 ou 5 litres, réduisant les gestes répétitifs • Un réglage de la colonne par système hydraulique à l’aide de la pédale, évite le porté à bout de bras des poches, et limite les douleurs au niveau des épaules des utilisateurs • Stable et mobile • Entretien et désinfection aisés. Nous les utilisons depuis plusieurs années, avec beaucoup de facilité, 100% de satisfaction auprès du personnel paramédical, nous les avons également déployés en salle de bloc opératoire.

Hospitalisation – Polyclinique Le Languedoc Elsan

LA SOLUTION AUX TMS EN VIDéO

Le pied à perfusion à hauteur variable automatique en vidéo c’est ici !